[:fr]Rencontre avec les étudiants du Master 2 Coopération internationale et ONG de Paris 13[:]

[:fr]Dans le cadre du son partenariat avec l’université Paris 13, le Samusocial International a formé les étudiants du Master 2 Coopération internationale et ONG à « L’action non gouvernementale en matière de lutte contre l’exclusion sociale » lors d’un module de 10h (2 journées de cours).

 

« Ce module nous aide à comprendre ce que peuvent ressentir les SDF sur le plan psychologique, on comprend mieux les mécanismes de défense, de repli ou encore de rejet que ces personnes peuvent avoir » nous dit Fatou dès le premier cours. Après un master 1 en études internationales et européennes durant lequel elle travaille sur la question du féminisme afro-américain, Fatou s’oriente vers le Master 2 Coopération internationale et ONG par « envie d’engagement », « dans le but de venir en aide aux femmes en difficultés à travers le monde ».

 

Motivés par des problématiques similaires liées au développement, les étudiants du Master Coopération internationale et ONG ont pu appréhender la notion complexe que représente la grande exclusion grâce aux 10 heures de cours théoriques dispensés par le Docteur Xavier Emmanuelli, Président Fondateur du Samusocial International, Mari Chuberre, Directrice du Samusocial International, et Delphine Laisney, Coordinatrice des ressources techniques.

 

Ces futurs professionnels du développement international ont eu l’occasion d’allier la théorie à la pratique en concrétisant les apports des deux journées d’enseignement par une maraude de nuit organisée avec les Equipes Mobiles d’Aide (EMA) du Samusocial 93.

 

Forts de cette observation de terrain, une première pour certain(e)s, les étudiants ont pu partager leur « ressenti » sur cette nuit en compagnie des équipes du Samusocial 93. Beaucoup ont été interpellés par le nombre de familles ou femmes avec enfants dans les rues : « On a rencontré beaucoup de familles avec enfants, et non pas seulement des hommes seuls comme on pourrait l’imaginer ».

 

D’autres étudiants ont pris conscience de l’isolement auquel sont exposées les personnes sans abri, pour qui l’Autre est perçu comme une menace, un danger : « Au cours d’une maraude nous avons réussi à obtenir un hébergement d’urgence pour un Monsieur mais il a refusé de nous suivre. Il avait une grande crainte de la cohabitation avec les autres et avait déjà eu de mauvaises expériences ».

 

De manière générale, les étudiants réalisent le manque de moyens mis en œuvre pour les personnes exclues, auxquels doivent donc faire face les équipes Samusocial, qui gardent pourtant le sourire : « les équipes étaient vraiment chaleureuses, il y a eu beaucoup d’échanges et une super entente malgré le manque de financement et de moyens ».

 

Après 10 heures d’enseignement et une maraude de nuit, les étudiants de Paris 13 ont ainsi abordé les différentes formes vécues de l’exclusion, avec une approche théorique spécifique des jeunes et enfants de la rue, thématique phare du Samusocial International, tout en appréhendant les enjeux de l’aide au développement.

 

Dans le même cadre, le Samusocial International coordonne deux autres enseignements en France :

  • un Diplôme Universitaire (DU) « Enfants et jeunes de la rue » (100 heures de cours à la Faculté de Médecine de l’Université Paris Descartes, ouvert à des étudiants ou professionnels des secteurs de la santé, du social, de la psychologie, du droit, et de la gestion de projet ;

 

  • un cours-séminaire à Sciences-Po « L’exclusion sociale en milieu urbain – Villes du Nord et villes du Sud »(24 heures de cours) pour les étudiants des Master Affaires internationales et Master Droits de l’homme et Affaires humanitaires.

 [:]